Yves Saint Laurent

Publié le

Sous Le Ciel De Paris by Édith Piaf on Grooveshark

Chers internautes,

Que vous soyez un artiste pleinement accompli, un petit croqueur occasionnel ou bien même un simple lecteur, il y a des univers qui nous accompagnent, que l'on en soit conscient ou non, tout au long de nos créations ou de notre vie. Le film dont il est question aujourd'hui fait référence à l'un d'entre eux : la mode. Qu'on le veuille ou non, la mode est partout, pour peu que l'on s'en inspire pour dessiner quelques personnages, ou que l'on ne se promène pas nu à longueur de journée (et encore, Marylin vous dirait qu'il suffit d'une effluve de Chanel n°5). Parler d'inspiration est d'autant plus légitime lorsque que l'on aborde le travail d'Yves Saint Laurent, lui qui a rendu hommage à travers ses créations à de nombreux autres artistes, de Mondrian à Picasso, en passant par Cocteau, Van Gogh ou encore Apollinaire. C'est donc avec un besoin de cette inspiration que je suis allé voir ce film qui retrace la vie de ce grand couturier.

 

YVES SAINT LAURENT est un film du réalisateur français Jalil Lespert (Des vents contraires) sorti le 8 janvier 2014. Soutenu officilement par la fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent (l'affiche contient d'ailleurs le logo de l'entreprise), il met en scène la vie du couturier et sa relation intime avec Pierre Bergé. Les acteurs principaux sont Pierre Niney (Yves Saint Laurent) et Guillaume Gallienne (Pierre Bergé), tous deux membres de la Comédie-Française, ainsi que la jeune Charlotte Le Bon (Victoire Doutreleau). Notons aussi qu'un autre film, réalisé par Bertrand Bonello, dont la sorti a été reporté au 1er octobre 2014, s'intéresse également au personnage d'Yves Saint Laurent.

Yves Saint Laurent

 

S Y N O P S I S

Nous sommes à Paris, en 1957. Yves Mathieu-Saint-Laurent a tout juste 21 ans et est désigné par la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior pour prendre la tête de la direction artistique. Un travail acharné lui permettra de réaliser un premier défilé acclamé par la critique, et c'est lors de ce même défilé qu'il rencontre celui qui sera l'homme de sa vie : Pierre Bergé.

Yves Saint Laurent

Cette rencontre va bouleverser sa vie en les liant tant sur le plan affectif qu'au sein de la maison Dior, puis trois ans plus tard, au sein de la maison Yves Saint Laurent qu'ils créent ensemble. Leur relation sera cependant semées d'embuches : amants, drogue, dépression, narcissicme, tant d'évènement vont parfois faire de la vie du couturier un enfer.

Yves Saint Laurent

Pourtant, en dépit de ses tendances maniaco-dépressives et de ses démons intérieurs, le génie d'Yves Saint Laurent est là et est sur le point de révolutionner le monde de la mode avec des créations mondialement célèbres telle la robe Mondrian, la saharienne ou encore en popularisant le caban et le trench-coat. Mais c'est en habillant les femmes d'un smoking que le couturier va surtout défrayer la chronique et affirmé son image de créateur iconoclaste.

Yves Saint Laurent

 

I M P R E S S I O N S

Nous avons donc ici tous les ingrédients pour faire un bon film : la vie d'un artiste mondialement connu mais dont la face cachée va être révélée, des acteurs de talent et des cadres aussi différents qu'emblématiques : Paris et Marrakech. Mais malgré cette recette apparemment idéale, nous n'avons pas ici, comme on l'attendait, une œuvre exceptionnelle, mais une œuvre qui en dépit de quelques imperfections nous fait découvrir l'univers de l'un des plus grands créateurs français.

Yves Saint Laurent

Plusieurs éléments sont la cause de ces défauts, mais le plus important semble (encore une fois) le scénario, ou plutôt sa trop grande ambition. De sa vie de jeune adulte à celle d'icône de la mode, Jalil Lespert a voulu retracer dans son vie une très grande partie de la vie d'Yves Saint Laurent. Seulement, il ne vous aura pas échappé que la vie d'une telle personne est riche, et que vouloir la retranscrire quasi-entièrement en 1h40 était un pari risqué. Ainsi nous assistons à une suite d'évènement essentiels de la vie du créateur, de l'héritage de Christian Dior à la création de sa propre société, son tout premier défilé, sa relation avec Pierre Bergé, l'ouverture de sa ligne de prêt-à-porter, ses voyages à Marrakech, le succès de sa robe Mondrian, celui du smoking, sa passion pour l'art, ses virées nocturnes, ses amants, ses muses, ses dépressions, ses crises, tant d'éléments essentiels mais qui sont sans doute passé trop rapidement pour prendre le temps d'en profiter.

On aurait par exemple aimé suivre de plus près le processus de création de ses modèles, toute son inspiration, ou en apprendre plus sur l'effet qu'on eu ses modèles dans le monde entier. Le réalisateur est peut-être allé un peu trop vite en besogne, son ambition de vouloir cerner un personnage aussi complexe lui a fait commettre quelques impairs et c'est vraiment dommage.

Yves Saint Laurent

Ensuite, le film est sponsorisé par la fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, renommée ainsi après l'arrêt de la carrière du couturier, et après son décès le 1er juin 2008. Il s'agit en effet d'une version "officielle" de la biographie d'Yves Saint Laurent, largement dirigée par son compagnon. On est ainsi en droit de se demander si le film respecte à la lettre la vie du couturier, et plus particulièrement de sa relation avec Pierre Bergé. On remarque très facilement que se dernier a le "beau rôle" et semble tout faire pour aider son homme, tant financièrement que moralement, supportant ses dépressions et ses virées nocturnes, ses amours perdus et ses délires de créateur. Cependant, il est également facile de se rendre compte qu'il n'en a pas toujours été ainsi entre ces deux là et que l'œuvre de Jalil Lespert passe outre certains différents du couple et surtout outre la véritable personnalité, à mon humble avis, de Pierre Bergé.

Avant de continuer, je ne l'ai pas précisé au début, mais il est évident que si vous avez un problème avec l'homosexualité il sera désagréable pour vous d'aller voir ce film, étant donné que nos deux amis n'étaient pas extrêmement catholiques. (A)

Mais ne restons pas là-dessus et voyons dès à présent ce qui rend ce film tout de même agréable et plein de charme (bah oui, je suis pas un bourreau quand même).

Yves Saint Laurent

Outre ces petits défauts, la performance des acteurs est quant à elle exceptionnelle. Le duo formé par Pierre Niney et Guillaume Gallienne fonctionne à merveille et les deux acteurs méritent amplement leur place à la Comédie-Française. Pierre Niney particulièrement semble s'être totalement imprégné du personnage, nous faisant partager avec brio à la fois l'élégance et le tourment du créateur. Guillaume Gallienne est quant à lui plus discret, agissant comme un sauveteur, comme un garde de fou en faisant preuve d'une grande complicité mais aussi étonnemment d'une certaine distance avec son acolyte. On retiendra aussi la prestation de Charlotte Le Bon (plus connue pour avoir été miss météo du Grand Journal de Canal+ (A) ), qui incarne avec une grande finesse Victoire Doutreleau, muse de Christian Dior puis d'Yves Saint Laurent. Parmi les autres acteurs se trouvent Nikolai Kinski interprétant brièvement Karl Lagerfeld, ainsi que Laura Smet et Marie de Villepin.

La bande son est quant à elle l'œuvre de Ibrahim Maalouf, compositeur franco-libanais dont la musique, discrète, simple et élégante, participe beaucoup à l'ambiance générale du film, plus particulièrement lors des défilés.

Yves Saint Laurent

Et justement en parlant des défilés, venons-en à l'autre atout de ce film : les costumes. L'aide de Pierre Bergé, outre son influence discutable sur le scénario, a été en revanche précieuse pour l'habillage des acteurs. Il s'agit en effet des modèles originaux portés par ces derniers, ce qui donne aux quelques défilés que l'on peut voir pendant le film un cachet bien particulier, et surtout une grande authenticité. Nos yeux se font un plaisir d'apprécier les lignes et les couleurs primaires de la robe Mondrian, et le contraste noir et blanc — homme et femme — du smokings, en passant par les tons chalereux et épicés des collections inspirés des voyages du petit prince de l'élégance au Maroc.

On apprécie aussi grandement les performances graphiques de l'acteur Pierre Niney, rendant l'acte de création encore plus réel, et l'omniprésence des croquis très féminins du créateur. Croquis qui sont pour moi une grande source d'inspiration, et dont j'invite mes amis artistes à jeter un œil, voire à étudier longuement.

Yves Saint Laurent

Ainsi se termine la page Yves Saint Laurent, qui malgré quelques impairs a su nous donner une nouvelle image au couturier et dévoiler parfois sa face cachée, son côté sombre comme en a chaque génie créateur en nous laissant cependant la conviction que son plus grand combat était d'habiller les femmes et que la mode est pour lui « une maladie incurable. »

Je vous invite également, pour rester dans le thème et aborder une femme à la fois concurrente et inspirante pour Yves Saint Laurent, à voir ou à revoir le film Coco avant Chanel (Anne Fontaine) où elle est interprétée par Audrey Tautou.

 

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Jillian 25/01/2014 11:02

Je vois que je ne suis pas la seule à être sortie mitigée de ce film. La bande annonce m'avait extrêmement envie d'aller voir ce film dont le genre ne m'attire habituellement pas. Même "critique": des acteurs talentueux et une interprétation de haut niveau (Charlotte Le Bon gagne petit à petit ses galons de très bonne comédienne). Mais un déroulement trop décousu, trop survolé pour certains points clés de la vie de l'auteur. Il manquait un fil directeur à trop sauter des créations à la dépression à la dépravation et retour aux créations. Pour un génie tel qu'YSL qui a révolutionné la mode pendant 50ans, ce film manquait d'un petit rien, une essence, une âme pour vraiment accrocher le spectateur.
En plus ils n'ont même pas vraiment tourner à la villa Majorelle à Marrakech ! :P

Jillian 25/01/2014 13:52

C'est vrai que tu fais rarement mauvaise pub ! Ils n'ont peut être pas eu les droits de la ville de Marrakech, ou alors ils ont demandé trop cher sous prétexte de pallier le manque à gagner xD (Majorelle rapporte 40dh par visiteur et il y a beaucoup de monde qui y passe vu que c'est une des attractions de la ville)

Alex 25/01/2014 11:44

Content de te revoir parmi nous ! Et content aussi de voir que je ne suis pas le seul à avoir été déçu... J'ai d'ailleurs dissuadé du monde de ne pas aller le voir avec mon article, pour une fois que je fais pas de bonne pub. XD
Il n'y a plus qu'à attendre le prochain biopic qui sort le 1er octobre, et qui a l'air finalement plus prometteur. ^^
Moi qui pensais qu'ils auraient au moins fait cet effort mais même pas. T__T